L’amour de la belle image, du cadre parfait et du bon sentiment n’est pas l’origine créatrice de l’artiste. A la recherche d’un moyen d’expression ou plus exactement de libération, il a d’abord appréhendé la photo comme un outil de retranscription de son univers singulier vers le monde extérieur. Mais très vite, il a cessé de détourner le sens des clichés instantanés et a opté pour la scénographie. Son objectif est alors d’obtenir ce qu’il cherche et pas de chercher à l’obtenir. Avec le passage au numérique, on voit un basculement vers une superposition de calques photographiques ou vidéographiques formant un matériau à strates multiples qu’il gratte, gomme, met en relief afin de faire surgir une métamorphose de l’image. La série Métamorphes est née. Il poursuit, depuis quelque temps, un travail basé sur le corps fracturé, disloqué. Il crée par la faille une correspondance entre l’humain et son environnement. Des traces d’un passé conscient ou non maculent la peau. L’enveloppe physique ne représente plus uniquement l’être mais se fond avec les autres matières minérales et organiques. Elle devient un matériau malléable de l’écorce terrestre, une particule en révolution.
  1    2  
Diaporama