Galerie 
HABDAPHAÏ
Le peintre Le peintre était content. Tard dans la nuit, il avait quitté son atelier dans le parfum des toiles fraîchement finies. C’est guilleret qu’il ouvrit la porte le matin et n’en crut pas ses yeux : toutes les toiles étaient blanches. Il se frotta les yeux, fredonna une comptine et but un grand coca. Rien n’y fit, les toiles restaient désespérément blanches. Alors il se remit à peindre comme un fou. Qu’allait-il emporter à sa prochaine exposition ? Et il alla faire la sieste, épuisé. Avec dans la tête, quelques petites touches de raccord, il retourna sur le soir dans son atelier. Les toiles étaient à nouveau blanches. Lui avait-on jeté un sort ? Il croisa les doigts, fit brûler de l’encens et juste éclairé par quelques bougies, il décida de rester dans son atelier pour guetter. Et ce qu’il vit à travers ses cils ne manqua pas de lui glacer le sang. Les couleurs revenues sautaient d’une toile à l’autre, le motif de l’une devenait celui de l’autre… Les toiles changeaient de place … .Et la première couche se mêlait à la seconde. C’est tout excité que le peintre s’endormit. Au petit matin, dans la douceur du soleil levant, les toiles l’attendaient, luisantes, rutilantes, avec quelque chose de plus que la première version et quelque chose de moins que la seconde. Ce quelque chose qu’il cherchait. Seule une grande toile restait obstinément vierge. Alors le peintre rit et traversa la toile.
  1    2  
Diaporama


  :: © 2008-2020   site créé sur ODEXPO.com   Concepteur de sites pour les artistes - Politique de confidentialité